#45. Ecorché Vif

Un titre qui en dit long sur comment je me suis bien occupée de mon grand frère quand il est venu me voir ! ❤

Faut quand même que j’évoque mon retour en métropole, qui a précédé la venue du Nono. Mes parents et lui devaient venir tous les trois en décembre, mais deux tiers de la famille ont été évincés de l’aventure : maman et papa ont eu des nouvelles plutôt nazes de leur santé, alors ils ont passé leur tour. Tout ça pour dire qu’aussitôt le premier (et unique…) semestre en tant qu’enseignante de « bio mol » comme on dit par chez nous, je me suis fait un petit aller-retour fin novembre pour les soutenir à 0 plutôt que 9000 kimolètres de distance.

Try Again
Pour les LV5 anglais : « essaie encore »

Rassurez-vous, ça va mieux depuis, même qu’ils sont venus me casser les bonbons  voir quelques mois plus tard 😀

Je suis rentrée à La Réunion à la même date que l’aller de mon frangin. Pour plus de praticité, nous n’avions pas le même vol, et je suis arrivée genre quatre heures avant lui. Comme je suis super cool, je l’ai attendu à l’aréoport. Et comme j’aime les surprises, je ne lui ai pas dit et je lui avais expliqué comment débarquer chez moi en bus tout seul comme un con.

Figurez-vous que je me suis donné le mal de faire une super pancarte d’accueil que j’ai brandie à son arrivée, et qu’il ne l’a pas vue. Le fiasco total. J’ai dû lui courir après pour l’attraper et filer au bus.

20171203_112011 copie.jpg*

Connaissez-vous cette foutue route du littoral ? Vous savez, celle qui longe la falaise sur une dizaine de km et qui est fermée quand il y a trop de vent, trop de pluie, trop de cyclones, trop d’éboulements, trop de vagues, trop de risque de se prendre des roches sur le coin de la g*eule en la prenant. Curieusement, celle-ci est fermée à notre arrivée. Alors non, on passe pas par les plaines ni par l’Est avec le bus. On passe par La Montagne, un quartier qui porte bien son nom puisque ça consiste à faire le tour de ladite falaise par le haut. Voilà, pour le dire simplement : un vieux détour par une route de la gerbe, vous avez compris.

Peu après avoir assuré à mon frère que ça allait grave le faire, je finis nauséeuse, la tête par la fenêtre sans réussir à vomir. On a pas d’eau, on crève de chaud. On est au top. L’arrivée à destination est salutaire et Nono est content de voir que la case pourrait contenir son appartement parisien une dizaine de fois. Mais on s’attarde pas, on a des cocktails à boire dans un endroit sympa.

piscine

On commence les vacances au KLM, ou plutôt au Palm. C’est l’endroit préféré, le repère, le QG de notre chère Florence ❤

Palm

On se demande pourquoi.

Et, rapidement, on attaque les choses sérieuses. J’embarque Nono à Mafate pour trois jours et deux nuits de trek. Je savais qu’il avait fait de la randonnée dans les Alpes, alors je choisis un itinéraire bien gratiné qui débute par « Dos d’âne », que je connaissais de mon premier trek.

On roule jusqu’au petit bout de parking dans les hauteurs de La Possession, je me prépare… et constate que je n’ai pas les semelles de mes baskets. Je me sens vraiment très stupide à l’idée de trekker trois jours sans semelles, mais tant pis. On va quand même pas annuler cette aventure pour un motif aussi ridicule.

Je vous disais que Nono avait randonné un peu dans le passé. En fait, ces marches dans les Alpes n’étaient pas des plus sportives, et les chaussures de Nono étaient a priori trop neuves pour être vraiment confortables lors d’un trek exigeant. Je traduis : très rapidement, Nono est tout arraché à l’arrière des pieds.

Le temps est magnifique et on prend le temps de se baigner à Deux Bras, c’est-à-dire tout en bas de notre première grosse descente. En fin d’après-midi, on arrive tant bien que mal à Aurère, îlet que j’adore mais dans lequel je n’ai jamais dormi. On est accueillis comme des rois à l’Auberge du Piton Cabri, où nous retrouvons un casting de choix : une dizaine de types rigolos habillés comme pour faire une courte promenade en forêt, avec des sacs Eastpak tout pourris et des bouteilles d’alcool dedans. On passe une super soirée.

Le lendemain matin, cinq secondes après notre réveil, c’est le choc. Comment peut-on être informés aussi rapidement de la mort de Johnny au milieu de nulle part ? Dingue.

C’est parti pour Ilet des Lataniers ! Comment ça, vous ne vous souvenez plus de rien ? OK, alors pour faire simple, ça veut dire qu’on traverse un bout du cirque de l’Est vers l’Ouest avec 500 mètres de dénivelé positif et 850 mètres de dénivelé négatif.

Trek Nono Nénette

Vous avez trouvé ça bizarre et je l’ai senti : pourquoi Les Lataniers, en fait ? Ya rien de spécial là-bas, même pas un gîte ou un refuge sympa. Drôle d’idée, je vous l’accorde. En fait, c’était notre super plan pour retrouver… ce vieux Ben ! Benjamin, un ami du Nono qui a fait les mêmes études que lui à l’ESRA à Paris, pour ceux qui connaissent. Et qui a donc fait le très bon choix de vivre sur l’île intense. Pour nous rejoindre, le malheureux a bravé un chemin bien plus long que le nôtre étant donné qu’il venait de Marla (donc vraiment le Sud du cirque), si mes souvenirs sont bons.

20171206_191714 copie.jpg Ben

Une bonne dodo dans le trou duc du monde avec un vieux pote, ya qu’ça d’vrai !

Alors pour Nono je ne sais pas, mais en ce qui me concerne, la dernière – et première – fois que j’avais vu Ben, c’était au nouvel an… 2012. L’eau a coulé sous les ponts, comme dirait l’autre. De façon tout-à-fait simple : on se raconte les dernières news, on boit des bières, on pique-nique, et on profite de notre superbe hébergement sale et doté d’un accueil inexistant… Je profite du lendemain matin ensoleillé pour vous faire visiter notre palace :

C’est parti pour notre troisième et dernière journée ! Il s’agit globalement de redescendre dans la vallée pour aller à Deux Bras, notre lieu d’extraction.

Et foilà pour le trek ! Au final, l’absence de semelles ne m’a pas du tout gênée pour ce périple. En revanche, je vous cache pas que Nono en a bien chié avec sa blessure =/ ça n’a rien facilité pour la suite des vacances, mais j’ai quand même réussi à montrer plein de choses à Nono sans lui faire faire trop de marche. Allez, je vous montre les dégâts.

bobo

Ouille ouille ouille !

Pardon mon Nono ❤

Nénette

PS : voilà un superbe bonus !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s