#39. Raid dingue

L’annonce est officielle, je suis inscrit pour la Diagonale des Fous 2018 ! Le défi de taille méritait son article dans le beau blog de Delphinette. Les rumeurs sur cette traversée sont fondées : oui, ces 165 kilomètres-là ne sont pas des plus simples ! La course traverse les remparts des trois cirques, 9700 mètres à grimper puis descendre sans cesse sur les terrains les plus techniques, les plus piégeux aussi… Mais ce ne sont pas les statistiques impressionnantes de la course qui m’ont attiré, au contraire ! C’est comme vous, j’ai pensé que le défi était inatteignable malgré ma pratique sportive régulière. En fait, « l’inatteignable » s’est complètement adouci en « possible avec une bonne prépa » au cours de l’année dernière. Je vous propose un aperçu de ces journées passées en montagne, qui vont crescendo et me passionnent tant !


En débarquant sur l’île, c’est avec Marc que j’ai pu partager ma passion des sorties trail : parcourir le plus vite possible un parcours qui nous fait rêver comme celui-ci. Première course format court assez bien gérée du côté du Nez de boeuf

Rivière des Remparts 2.png

J’enchaîne les entraînements au parc du Tampon, à Grand Bassin (1000 D+),

Grand Bassin.png

au Bras de la Plaine (400 D+ à faire plusieurs fois !), bref, dans des endroits pas dégueus sous le soleil, avec les fruits qui vont bien sur les sentiers, les baignades dans les bassins naturels

Bassin Mafate.pngpour se rafraîchir les cannes… le pied ! Il y a eu le premier défi maso pour aller au Piton des Neiges (3000 D+ sur 20 km) et la découverte du sentier Bayonne en plus de mes débuts à vélo sur des lieux magiques tels que Notre Dame de la Paix (montée à 10% de moyenne).

Ces endroits donnent envie de s’y attarder, d’y retourner. Partir trois jours seul en autonomie ou s’organiser des treks de 4 jours avec Delphine s’impose et, à chaque fois, c’est le même plaisir de se couper de nos habitudes en immersion dans la Nature.

Mafate depuis Canalisation des Orangers.pnglevé de soleil Volcan.png

J’envisage de nouveaux possibles avec de bonnes sensations sur un double kilomètre vertical ou un autre trail court, mais c’est la participation à l’Arc-en-Ciel en juin 2017 qui marque le tournant !

Arc en Ciel 2017.png

Quelle douleur à l’arrivée ! Quelle mauvaise idée ! (J’ai récupéré mon Marcelou dans un drôle d’état, ndlr )

Le genre de leçon qui t’apprend à partir plus doucement, à régler ton alimentation les deux semaines qui précèdent, à améliorer le physique ou la récupération BREF, au boulot : il faut s’y mettre, ou alors faire autre chose ! Mais non je ne démords pas, la passion l’emporte ! Et si vous saviez comme elle est forte la passion du trail à la Réunion ! Il ne se passe pas une discussion sans que les gens qui vous voient vous encouragent en criant : « Allez, faut faire le Grand Raid ! ». La fascination des locaux est immense pour les Fous qui depuis 25 éditions s’élancent pour le Raid. Motivé comme jamais, je m’inscris à un autre challenge : la Cimasa, deux mois après l’Arc-en-Ciel. Je mets le paquet pour le réussir avec notamment la méga reconnaissance du parcours + petits détours (70 km, 5000 D+) en deux jours – on s’en souviendra de celle là, Rémy ! – et ça marche :

Cimasa 2017.png

En étant aussi bien sur ce long parcours, j’ai senti ce dont un corps entraîné est capable ! Je pars frais et dispo de nuit, vers 4 heure du mat’ avec Rémy. Le premier col s’approchant, j’admire les frontales des premiers et surtout de tous les 800 poursuivants qui suivent et forment ce fil de lumières que tous aiment regarder. Le jour efface les premiers efforts, c’est un nouveau départ. Les discussions vont bon train dans le peloton, quand chacun a trouvé le « bon wagon » ou la bonne allure on peut mieux papoter, se retourner pour voir ça :

vue taibit.png

Et ça continue ensuite dans la bonne humeur avec le petit auto-massage à mi-course, le sandwich plaisir Serrano + comté et la bonne surprise du coach Fabrice qui a bravé les 1700 D+ de rando juste pour nous faire un ravito express et nous encourager un bon gros coup. Après 7h45 d’effort, le plaisir est juste énorme, sans parler de celui de l’arrivée après une bonne relance dans la dernière côte… C’est bon, j’adhère, à quand le suivant !

Deux mois après, en octobre, c’est l’effervescence : la foule au départ de la Diagonale s’étend sur plus de 5 kilomètres… Comme dans les plus beaux moments du Tour de France, sauf que là, il est possible d’y participer ! Je vis ce Grand Raid en bon passionné : présence au départ, bénévole kiné sur le poste de l’arrivée, je suis aux premières loges pour voir Benoît Girondel, Antoine Guillon et Guillaume Beauxis mais aussi JP Grondin le Mafatais, Stéphane Brogniart le Fou Vosgien, Sangé Sherpa le Népalais, Andrea Huser, Géraldine Lachapelle… Ces personnes que j’ai pu approcher et avec qui chacun peu échanger font aimer ce sport-là parmi les autres.

(Je trouve qu’il aurait pu dire que le jour du départ, c’était mon anniversaire… Du coup, je m’en charge : c’était mon anniversaire !)

Un an après notre arrivée, en cette début d’année 2018, la passion est plus forte. Je tente la TransVolcano (45 km) avec une gestion et un plaisir au top. J’adore venir repérer les sentiers en amont, surtout ici au volcan en plein été, les vues à plus de 2500 mètres au dessus de l’Océan Indien me laissent sans mot…

Ocean de l'Est 2.pngOcean de l'est 3.png

Oratoire ste Thérèse .pngOcean de l'Est depuis Textor.png… les sables rouges me satellisent sur Mars…

Formica Leo.png … et à chaque fois, c’est dur de revenir pour aller bosser l’après-midi (eh oui, mon emploi du temps de 3,5 jours me permet des sorties montagne les matins de semaine !) .

En avril 2018, les choses se corsent avec le Trail des Deux Rivières (62 km, 2700 D+) sur les magnifiques vallées sauvages de Langevin et la Rivière des Remparts :

Rivière des Remparts 3.png

En avril toujours, c’est l’annonce de la validation de l’inscription au Grand Raid. Le programme est déjà fixé pour être fin prêt : Vertical Run Roche Ecrite (2,2 km, 1200 D+), Cross du Piton des Neiges (13 km, 1950 D+), Raid974 (100 km, 9000D+ !!!) et le Trail du Pays Welche à Orbey en Alsace (50 km) !
Ce sont de belles images en perspective et surtout des bornes sur cette voie de la Diagonale des Fous…

Une pensée pour papi qui m’inspire tant et qui faisait lui aussi des courses de montagnes il y a quelques années maintenant ! Une pensée aussi pour la famille du Team Matrat Training bien sûr.

Sur ce je vais faire le sac, demain, c’est Grand Bassin ❤

Marcel

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Lefebvre dit :

    Quel beau texte pour une belle passion… Bravo mon grand
    Cécile

    J'aime

  2. Go Marcel !! On est tous avec toi !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s