#36. Mission to Maars

Nous arrivons doucement à la fin mars 2018, alors pour la quasi-totalité d’entre vous : joyeux printemps ! Pour nous, c’est l’automne austral qui commence. On a déjà perdu presque 30 minutes de jour depuis le début du mois, et ça va continuer logiquement jusque fin juin. On devrait moins se cailler que lorsque nous étions au Tampon à 550 mètres d’altitude contre 250 actuellement ! Autre changement, plutôt pratique celui-ci : ce week-end les métropolitains passent à l’heure d’été : nous n’aurons plus que 2 heures de décalage au lieu de 3 ! C’est cool, parce que parfois les « On s’appelle ? » quand il est 23 heures pour nous, c’est pas très pratique.

Flanders 2

Ce matin, on voulait fêter avec un peu de retard l’anniversaire de Marcelou grâce au cadeau que lui ont fait mes parents : une sortie plongée sous-marine ! Il a donc réservé pour une sortie surprise… qui était tellement surprise qu’elle a été annulée à cause de la forte houle. J’ai cru pendant l’ombre d’un instant que je m’étais extirpée du lit à 6h30 pour seulement constater que non, Marcel ne m’avait pas préparé des oeufs comme promis.

Agnès

Mais on ne s’est pas laissés abattre pour autant. Après tout, mieux vaut être prudents et reporter que d’aller chavirer et mourir noyés comme des andouilles. On est partis en amoureux du côté d’un endroit inconnu jusqu’alors. Je ne faisais plus du tout attention depuis longtemps aux noms des divers endroits sur l’île de La Réunion, mais ça fait pas mal sourire les touristes, alors je partage une petite liste de ces noms à s’emmêler les pinceaux. Vous me direz ce que vous en pensez :

_ Etang-Salé
_ Grand Etang
_ Grand Coude
_ Grande Anse
_ Grands Bois (dédicace à Floflo et Nana en passant <3)
_ Bois Court
_ Bois d’Olives
_ Bois Blanc
_ Cap Blanc
_ Cap Noir
_ Trou Noir
_ Cap Jaune
_ Fleur Jaune
_ Terrain Fleury
_ Terre Rouge
_ Bras Rouge
_ Bras Creux
_ Bras Sec
_ Deux Bras
_ Jean Petit
_ Petite Ile
_ Mont-Vert
_ Roche Vert Bouteille
_ Rivière des Roches
_ Roche Plate
_ Bassin Plat
_ Grand Bassin
_ Trois Bassins…

Et plein d’autres du genre, mais bref, vous avez saisi l’idée. Si ça peut vous rassurer, je ne connais pas… Bois Blanc, c’est à Sainte-Rose apparemment. Alors, à votre avis, on est allés où ce matin, à défaut d’aller faire des bulles et des tours sur nous-mêmes à 20 mètres de profondeur ? A Petit Bras ? Eh non, perdu. C’était Grand Coude ! On a pris la route direction Saint-Joseph puis les hauteurs pour aller découvrir ce coin.

GRAND COUDE
Deux fois la même chose, mais en pas pareil.

Comme à notre habitude, on avait zieuté avant de partir ce qu’il y avait à faire dans les parages en randonnée sur randopitons.re.

Avant de partir Eve Angeli
Petit délire en passant.

On a repéré une balade qui avait l’air sympa et qui devait nous laisser largement le temps de rentrer pour Marcel qui bossait à 14h. Mais ça, c’était jusqu’à ce que je lise le dernier avis laissé par un promeneur nommé Jeko en janvier 2018 sur le site : « C’est impossible, le chemin est envahi , que fait l’ONF ? Sans intérêt. » Bon, ben… on s’est pas laissés abattre non plus, et on est partis quand même.

Une immense joie m’a envahie quand nous avons trouvé un endroit pour se garer : c’était juste à côté d’un pré avec des chevaux dedans. Et dehors.

Le gros massif que l’on voit derrière Jolly Jumper qui broute son herbe, c’est le Morne Langevin. Il culmine à 2380 mètres d’altitude et, de là où on était, nous séparait de la plaine des Sables (c’est-à-dire la région du Piton de la Fournaise).

Si vous avez été attentif au moment de découvrir notre itinéraire, vous avez dû remarquer qu’on a longé une vallée que vous connaissez déjà ! Il s’agit de la Rivière des Remparts, dont on avait eu un magnifique point de vue depuis le Nez de Boeuf, ou plus accessiblement pour vous depuis mon article 33 sur ce Nez de Boeuf. Nous étions cette fois-ci de l’autre côté et un peu plus en aval.

Pour marquer la fin de ce premier petit tour des lieux, on a vu deux ULM rouges voler au-dessus de nos têtes, et ça nous a rappelé un souvenir bien précis de voyage aérien ! Je ne vous en dis pas plus, là encore, je vous garde en haleine d’ici l’article futur qui racontera cette extraordinaire aventure.

IMG_4371 copie
#teaser

Au retour à la voiture, surprise ! Il y avait un deuxième pré juste à côté, avec un grand cheval gris qui est venu essayer de croquer du Marcelou, et un Shetland (enfin je suppose) tout chou qui est venu essayer de croquer de la Delphinette.

On a poursuivi la route jusqu’au bout du bout du bout pour voir là-bas si on y était, entre autres. Je dois vous dire que cette promenade était un grand flou artistique. On a dû entrer sur un terrain privé (étions-nous dessus tout du long ?), enjamber ou se faufiler entre je ne sais combien de barbelés et de clôtures électrifiées, traverser des champs bien peu praticables en levant les genoux à hauteur de menton à cause des hautes herbes… C’était pas triste.

Mais tout ça pour voir quoi, au juste ? Nous sommes allés voir des maars. Enfin, on aurait bien voulu. On a tellement galéré pour vaincre la faune ambiante qu’on en a aperçu qu’un, au final. Jeko avait bien raison sur l’absence d’entretien des lieux ! Alors un maar, synonyme d’un trou blanc, c’est un grand trou dans le sol formé par une explosion. Elle est due à une montée de magma vers la surface qui rencontre de l’eau (un cours d’eau ou un nappe phréatique). L’eau se réchauffe, puis entre en ébullition. La pression augmente de ouf, et BOUM ! Un gros trou. Ce doit être un sacré spectacle. On peut aussi appeler ça un cratère d’explosion. Diantre. Je découvre au fil de mes lectures que le cratère Commerson en est un ! C’est dingue. Vous pouvez revoir ça ici !

Habituellement, les maars sont remplis d’eau (les mares aussi) et forment des lacs. Les cinq de l’île de La Réunion sont cependant vides, et nous permettent donc d’apprécier l’ampleur de l’explosion passée. On a franchi tant bien que mal le champ et la barrière de végétation qui nous séparaient du trou, et on a enfin pu voir le trou prénommé Cissia.

Sa profondeur dépasse 60 mètres et il est très dangereux et difficile d’y descendre. Certains y seraient allés pour chercher des nids de guêpes. Juste à côté se trouve le Grand Trou, mais il ne faut pas abuser des bonnes choses on a pas eu le courage de ramper jusque là. Pour vous montrer à quel point la pente est abrupte, j’ai piqué une photo du trou de Cissia sur randopitons :

Abrupt
Tadaaa.

Et voilà. Sur le retour, Marcel m’a offert des jolies fleurs, puis on a fait un petit détour par l’église de Grand Coude, un drapeau alsacien fièrement planté dans un jardin, et on s’est de nouveau arrêtés pour profiter d’un dernier point de vue sur la Rivière des Remparts. La matinée s’est terminée à Saint-Joseph où Marcel s’est fait couper les cheveux pour 10 euros seulement, et on a ensuite mangé des burgers de gros sacs avant de rentrer.

Delphine

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Clemmm dit :

    Jolies photos (surtout avec le cheval)! Le champ miné me fait penser à Saint Chartier 😉 Bisous !

    J'aime

    1. intotherhum dit :

      Haha bien vu ! Merci pour ton assiduité dans la lecture et les commentaires ma Clem ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s