#34. Le Musée du Vol(can)

Nous célébrons en ce début du mois de mars le grand retour de Chacha à La Réunion ! Charlotte, qui était déjà venue l’hiver dernier – autrement dit en juillet – avec Maëlle et Julie, remember  » JuMaCha à CiMaSa « . J’ai eu le plaisir de la voir peu après son arrivée, durant quelques secondes, non loin de Saint-Denis et vers 5h30 du matin. Vous trouvez ça incongru ? C’est normal, ça l’est. En fait, fidèle au poste de supportrice privilégiée de mon Marcelou et ses courses, je l’ai accompagné le 25 février au Trail des Anglais. Petite course, pour s’échauffer, de 26 km et 1200 mètres de dénivelé très positif à laquelle Charlotte s’était aussi inscrite ! J’ai donc pu les apercevoir et les encourager au départ de celle-ci (à mon grand plaisir étant donné qu’il faisait nuit et que j’avais peur de les rater). En toute humilité, je tiens à crier sur les toits que Marcel est arrivé 92ème sur 1500 coureurs au total, en 3 heures et neuf minutes et avec des lacets cassés.

Pour sa nouvelle venue, Charlotte a échangé ses deux amies contre sa moitié, Dorian, que nous avons eu le plaisir de rencontrer pour une soirée chez nous quelques jours après la course. Belle surprise pour Chacha qui découvre notre villa (qui change bien de notre  ancien appartement au Tampon), et gros changement pour Dorian qui lui vit à Mayotte dans une ambiance légèrement différente de ce que l’on peut connaître ici.

Je les ai retrouvés aujourd’hui pour une sortie toute indiquée (encore que…) en ce temps dégueulasse : un musée.

Temps dégueulasse
Pas terrible, hein.

J’attendais l’occasion idéale pour faire cette sortie depuis plus d’un an : la Cité du Volcan ! Nous avions eu plusieurs fois le projet d’y aller après une randonnée dans les environs, mais à chaque fois, nous étions claqués et l’envie de manger / se poser chez nous / buller à la plage était bien plus forte que d’aller s’endormir dans un musée. C’était le projet de Dorlotte (ce prénom de couple est trop chou !) en cette journée pluvieuse, alors j’ai réservé ma place dans leur Twingo pour profiter de leur présence, et enfin découvrir ce lieu. Une trentaine de minutes de route sous la pluie et 1300 mètres plus haut, nous voilà arrivés sur place.

Je porte exceptionnellement un jean (oui effectivement, d’habitude je me promène plutôt en slip) et c’est une très bonne idée, par contre mon haut est un top sans manche et j’ai bien froid le temps de courir à l’accueil de la Cité du Volcan. Et même dedans, en fait. Chous comme ils sont, Dorlotte m’offrent ma place. Parce que c’est important dans cet article, je vous détaille le tarif : 9 euros l’entrée, et nous avons opté pour un supplément à 2 euros pour assister à un film en 4D. Je résiste à l’envie de parcourir la boutique qui a l’air trop cool, et on découvre pour commencer l’espace artisans et artistes, avec de tableaux plus ou moins en lien avec le volcanisme réunionnais.

A l’étage, on a eu droit à un spectacle des plus étranges par le petit robot Nao, qui bouge et qui parle pour nous décrire chacun des cailloux posés autour de lui. Nao nous parle d’une coulée de lave « aa », qui reste bien énigmatique sans explication. En fait, il y a plusieurs types de laves (selon leur température, leur composition, leur aspect etc). La lave aa est assez visqueuse et, vous l’aurez compris, on peut la trouver aux abords du Piton de la Fournaise.

Nous arrivons juste à temps pour un petit film introductif de 8 minutes et je percute enfin : le musée n’est pas consacré exclusivement au Piton de la Fournaise mais au volcanisme en général, et même pas que sur la Terre. Comme je ne mettrais pas ma main à couper que j’aie le droit de mettre ça ici, je m’engage à retirer cette vidéo si on me le demande 😉 mais en attendant, voilà pour vous le petit film comme si vous y étiez :

Tout contents de commencer la visite par cette petite séance cinéma, on attaque avec curiosité les différentes salles avant d’assister à notre film en 4D qui débute 40 minutes plus tard. Grands panneaux explicatifs, petits écrans interactifs, quizz : les installations sont bien faites et nous en apprennent beaucoup en peu de temps. Pour ceux qui auraient oublié tout ce qu’ils ont appris, voilà un petit extrait des informations sur le volcanisme dans le Système Solaire :
_ Mercure : a priori pas de volcan sur cette planète,
_ Vénus : c’est la planète qui compte le plus de volcans dans notre Système,
_ Terre : on va détailler ça un peu après.
_ Mars : présente les plus grands volcans connus à ce jour dans le Système Solaire,
_ Jupiter : volcanisme très diversifié sur ses satellites,
_ Saturne : deux de ses satellites auraient une activité volcanique,
_ Uranus : pas de volcanisme recensé,
_ Neptune : volcanisme sur son satellite Triton.

Vous vous souvenez de la tectonique des plaques, abordée en SVT au lycée ? J’ai toujours bien aimé la géologie et c’est un plaisir de retrouver toutes ces notions. J’avais d’ailleurs fait mon TPE avec Nénodie sur la dérive des continents, à l’époque. Bref, je me souvenais d’une définition complètement différente alors je ne sais plus quoi penser, mais voilà ce qu’on nous explique sur place à propos des volcans explosifs et effusifs : les volcans explosifs se situent à la jonction de deux plaques lithosphériques où il y a subduction (une plaque qui glisse sous l’autre plaque) alors qu’on trouve les volcans effusifs au niveau de deux plaques divergentes.

Vous avez peut-être remarqué les points rouges sur la photo qui montre les plaques tectoniques : ce sont les points chauds, ce qui implique donc qu’on ne trouve pas les volcans exclusivement à la frontière entre deux plaques, mais aussi à des points éloignés de celles-ci. C’est le cas de l’île de La Réunion.

Deuxième salle : il est justement temps de découvrir en détail comment l’île s’est formée.

IMG_4290
Charlotte et son petit pas de danse.

Vous le savez peut-être, l’île est née car un volcan des profondeurs océaniques a grimpé en altitude et à dépassé le niveau de la mer il y a quelques millions d’années. Un volcan vous ai-je dit ? Haha, je vous ai bien eus. Eh non, en fait à l’origine de la formation de l’île, il y en a deux : le Piton des Neiges et le Volcan des Alizés. Vous pouvez apercevoir les étapes de la formation de l’île sur le grand panneau de la photo qui précède ce paragraphe (de droite à gauche). Sinon, voici une chouette animation pour comprendre ce relief si particulier :

Juste à côté de cet écran, nous en apprenons un peu plus aussi sur les différentes roches volcaniques.

Et je vous propose, non sans fierté et une pointe d’énervement pour ce montage version « j’ai 1 heure d’expérience avec IMovie et aucun tuto ne me vient en aide », une petite vidéo montrant quelques volcans islandais.

Crédits pour la musique utilisée :
Titre: Rukous
Auteur: Simon V feat. Laura Ryhänen
Source: http://www.simonv.com
Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/
Téléchargement (5MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=209

(Oui, je suis d’accord avec vous, c’est un peu étrange ce chant qui dure 10 secondes).

On rentre dans la troisième salle, mais l’heure du film 4D approche alors je prends quelques photos à l’arrache avant de rejoindre Dorlotte pour se poser pépères dans la salle de projection, et poursuivre notre exploration ensuite.

Charlotte va à l’encontre de la dame de l’accueil qui se promenait par là, bizarrement, pour lui demander où aller pour assister au film.

« Ah non mais ya pas de film.
_ Hein, comment ça ?
_ On vous demande d’évacuer, le courant va être coupé à cause des conditions météo et tout va s’éteindre. »

Yoda Sad
La déception est immense.

En effet, tous les visiteurs se dirigent vers l’accueil. OK, super. On arrive dans la première pyramide en verre, et on constate qu’effectivement, dehors, c’est un peu la fin du monde avec une pluie et des vents impressionnants. Une petite file se forme devant la caisse pour se faire rembourser, je rends mon ticket à Charlotte et fonce à la boutique. Si la visite devait déjà se terminer, autant en profiter jusqu’à la dernière minute. Dorlotte me rejoignent quelques minutes plus tard… puis je m’étonne d’entendre des gens râler de façon plutôt agressive sur le personnel du musée. Je prends mes grands airs :

« Non mais franchement, je ne comprends pas les gens qui s’énervent. Ils y peuvent rien les pauvres, et puis c’est pas comme s’ils ne remboursaient pas.
_ Euuh, ben en fait, ils nous ont remboursé que 6 euros sur 33, juste le supplément 4D, me précise Dorian.
_ Tu déconnes ? Aaaah ! Ah mais d’accord, dans ce cas, moi aussi je vais râler sur le personnel. »

Et j’y vais d’un pas décidé. Prête à attaquer, pleine d’arguments, vénère pour mes potes, révoltée, pas délivrée… je m’écrase cependant quand je constate à quel point le personnel se fait déjà d&£@n$€r la g* par un type qui semble jouer sa vie sur la visite du musée, parle de porter plainte et de faire virer le personnel désagréable.

Chewbacca énervé
Oh nous comprenons très bien n’est-ce pas Chewie ? Ils n’avaient pas le choix !

Voilà voilà. Pas de remboursement des entrées, pas de places gratuites, pas de cadeau, pas de bras, pas de chocolat, rien. Juste l’extrême désagréabilité de « l’hôtesse d’accueil » pour nous aider à sortir. L’honneur de la Cité du Volcan est sauf grâce au vigile et à l’autre monsieur qui restent aimables malgré la pluie de plaintes qui s’abat sur eux. En parlant de pluie qui s’abat, je vous montre un petit aperçu du cyclone auquel on doit le mauvais temps : Dumazile, passé à environ 400 km de nos côtes.

Dumazile
Bon en fait ça c’est l’actu au lendemain du jour de la visite, ce bon vieux Dumazile était un peu plus proche.

On préfère en rigoler, mais on est quand même blasés. En attendant d’avoir le courage de nager jusqu’à la voiture, Charlotte se recouvre de crème, d’hydrolat et de tout ce qu’elle voit comme testeur à disposition. « Faut rentabiliser, merde ! ». Elle se propose finalement pour courir chercher la voiture, Dorian et moi sautons dans la Twingo, et bye bye la Cité du Volcan et sa panne de courant. Je reçois alors un sms de Marcel qui avait déjà fait la visite.

Sms cité volcan
Ouais, sérieux.

Pour se consoler, on fait sa fête à une boîte de cookies aux pépites de chocolat et nougatine, et je propose aux vacanciers de venir boire un chocolat chaud au bord de la piscine, qui se transformera finalement en une tasse de thé.

Et puis voilà. J’ai envoyé un mail bien méchant au musée pour exiger un dédommagement quelconque suite à ce terrible acte de vilénie et laissé un commentaire bien pourri sur Tripadvisor à propos de leur gestion du problème. Pour finir de manifester mon mécontentement, j’ai tout raconté dans un article sur mon blog et mis un titre bien à-propos. Na.

Je vous tiens au courant. Peut-être daignerais-je y retourner si on rend ses sous à Chacha, qu’on m’offre ma place pour finir ma visite et qu’on déroule un tapis rouge devant moi pendant tout le temps que je serai sur les lieux.

Delphine

PS : et parce que j’ai pas encore tout à fait vidé mon sac, voilà le bilan en images de cette mascarade dont nous avons été victimes.

Brochure

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s