#12. Le Club des 5 au Grand Bénare(s?)

Dimanche 19 mars. Pour ne citer que deux exemples, nous fêtons les 35 ans de l’humoriste Nicole Ferroni, que j’aime beaucoup, ainsi que la Saint Pépito.

Et ce, dès 2h30 du matin. Enfin me connaissant, j’avais sûrement mis l’alarme à 2h23 mais passons. Départ en voiture prévu à 3h00 pour atteindre le Maïdo. On dirait le nom d’un jeu de société japonais, mais non, c’est un sommet montagneux culminant à environ 2200 mètres d’altitude. Après 1h45 délicieuses à se mettre des allumettes entre les paupières pour ne pas prolonger notre nuit en voiture, nous atteignons le parking quelque peu avant le lever du soleil, et quelque peu avant de retrouver nos compagnons d’infortune de randonnée.

J’ai nommé Camille, Carole et Romain. Camille, avec qui il se produit une synergie incroyable concernant la course à pied : à deux meufs plutôt moyen motivées pour faire du sport, on arrive à respecter notre rendez-vous hebdomadaire pour courir et transpirer dans nos tenues assorties à nos baskets (enfin surtout Camille) (je parle de la tenue assortie hein, pas de la transpiration). Carole – eh oui désolée Romain, j’ai décidé de procéder par ordre alphabétique -, c’est l’amie d’enfance de Camille fraîchement débarquée de la veille pour une grosse semaine de vacances loin de l’air parisien. Nous pourrions la surnommer Paris (merci de prononcer le « s »), comme Paris Hilton, pour des raisons évidentes d’origine géographique et de modèle de lunettes de soleil. Et enfin Romain, le copain de Cam, avec qui Marcel court régulièrement aussi. Avec Camille, on a décidé de les laisser entre eux pour pas trop leur foutre la honte durant nos séances de fractionnés.

Nous voilà donc tous les cinq, baillant à tout va, face au cirque de Mafate pour admirer le lever du soleil.

Voilà qui est fait, place maintenant aux théoriques trois heures et demie de marche entre notre position et la destination ultime, le sommet du Grand Bénare. Théoriques, parce que le chemin balisé longe la falaise, alors on peut s’arrêter toutes les cinq minutes pour admirer la vue et dire et redire à quel point c’est beau.

C'est là qu'on va
C’est là qu’on va ! Moi je vous torche ça en 10 minutes les enfants

Comme vous allez voir sur notre fantastique carte en relief, le Grand Bénare se situe entre les cirques de Mafate (celui que nous avons longé) et de Cilaos (qu’on a pu admirer une fois arrivés au sommet).

A un moment donné, ils ont tous voulu s’assoir sur un caillou avec les pieds dans le vide. Tous. Mais pas moi, parce, que comme dirait mon grand-père qui ne mangeait pas de champignons, /!\ attention humour noir /!\ « il faut quelqu’un pour aller à l’enterrement ».

Plus tard, les écarts se sont creusés. Marcel a branché le Marcelator 2000 et a filé tel un trailer en manque de sa dose de vitesse, ruinant mes espoirs de boire le moindre schlouk d’eau dans les 40 minutes d’ascension qui ont suivi. L’eau, c’est pour les faibles. Carole, qui n’était pas venue pour enfiler des perles mais éventuellement pour préparer un semi-marathon (non, nous n’avons pas les mêmes valeurs) lui a emboîté le pas. En troisième marche du podium, j’ai crapahuté comme j’ai pu jusqu’en haut, suivie par Roméo et Camillette ❤
Gros bémol de mon côté pour cette ascension : j’ai doublé des zigotos qui chantaient cette merveilleuse chanson qui va tous nous ramener violemment en 2005… j’ai nommé « San ou (La Rivière) » du groupe seychellois Dezil’. Vous vous souvenez ? Elle m’est restée dans la tête toute la journée et encore le lendemain. Merci à eux.
Quelques photos avant l’étalement de la communauté de l’anneau :

Bien heureusement, nous avons pu avoir de belles éclaircies de notre point de vue lorsque nous avons atteint le sommet du Grand Bénare ! Nous y avons passé un peu plus d’une heure, le temps de pique-niquer, de trébucher près du vide – histoire de s’offrir une petite tachycardie – et de faire 42 selfies. Et aussi pour se demander pourquoi le seul endroit où « Bénare » est écrit avec un -s au bout, c’est sur la pancarte au sommet de celui-ci.

Nous ne sommes pas redescendus par le même chemin, et je serais d’ailleurs incapable de vous dire exactement par où on est passés. Tout ça pour dire que nous n’avons pas longé la falaise mais plus marché vers l’Ouest avant de repiquer vers le parking. Avec Marcelou, on a fait un plouf dans un petit étang d’eau bieeen froide pour se donner du courage.
Pour Cam et moi, la dernière heure et demie de marche a été un calvaire innommable. Nous ne pensions qu’à la plage, au soleil et aux crustacés qui nous attendaient en bas.

L’après-midi, comme vous vous en doutez, a été sensiblement moins sportive. On s’est posés comme des larves à la plage des Brisants à Saint-Gilles.  Je suis allée me baigner environ une petite minute, le temps pour moins d’interpréter le regard surpris de Marcel qui trempait à peine les pieds : qui dit pas de lagon, dit pas de baignade ou risque de finir en quelques morceaux.
Dans la catégorie Delphinade, je viens d’opter pour une version payante de WordPress pour pouvoir poster directement des vidéos ici, qui en fait ne propose pas cette option. 😀
Et voilà ! Retrouvez-nous dans nos prochaines aventures déjà en cours de rédaction ^^

Delphinade

PS : Merci de respecter une minute du silence pour Carole qui est rentrée à Paris aujourd’hui =(  Reviens vite ❤
PS2 : Quelqu’un pour m’offrir le pack Premium ? Non ? Bon, j’aurais essayé =)

 

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Encore un super article j’adore la référence des champignons pour aller à l’enterrement j’ai rigolo toute seule devant ma tablette ! Super belles les photos! Merci pour la carte ! Et pour finir mon grand commentaire Denis dit que pour une vidéo mets la sur YouTube ou Vimeo et partage le lien d’intégration. Gros bisous !

    J'aime

    1. intotherhum dit :

      C’est effectivement ce que nous avons fait pour de précédentes vidéos 🙂 je voulais que la vidéo s’affiche à l’intérieur même de l’article, mais ce n’est pas très important ^_^

      J'aime

    2. lateteenmarche dit :

      Pour afficher une vidéo youtube directement sur ton article : sur Youtube, tu cliques sur « partager » puis sur l’onglet « intégrer » et enfin tu copie-colle le code dans ton article Worpress. Normalement cela devrait marcher ! 😉

      J'aime

    3. intotherhum dit :

      Ho ho ho ho !!! Je vais peut-être finir par entrer dans le troisième millénaire finalement 😀
      Merci, je vais tester !

      J'aime

  2. Clemmm dit :

    Encore un super article et e belles photos !
    PS, j’ai beaucoup aimé la référence aux champignons et grand père :p

    J'aime

    1. intotherhum dit :

      Une vraie légende cette réplique 😉

      J'aime

  3. M dit :

    Aïïïïe Pepito!

    J'aime

    1. intotherhum dit :

      Merci pour cette remarque Gérald 🙂

      J'aime

  4. Alex dit :

    Hello !
    De temps en temps je lis les anciens articles que j’ai raté quand tu en postes des nouveaux 😉
    Sur wordpress, tu peux poster directement des vidéos normalement dans tes articles même sur la version de base. Si tu ne peux pas l’ajouter directement, il faut passer par la bibliothèque des médias et ensuite l’insérer. A moins que la version hébergée chez wordpress ne soit limitée. Et si ce n’est que ça, je peux te proposer un hébergement avec toutes les options 🙂

    Sinon, continue les photos, elle sont trop belles ! ça pourrait remplacer les fonds d’écran que j’avais avant

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s